Textes généraux sur l’enseignement artistique spécialisé en France

Vous trouverez successivement :

>> l’étude réalisée par le DEPS (publiée le 6-01-2012) sur les pratiques culturelles des français de 1970-1980
>> le rapport Didier Lockwood : « Quelles méthodes d’apprentissage et de transmission de la musique aujourd’hui ? » 16-01-2012
>> la charte de l’enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre
>> le rapport Morin-Dessailly sur l’enseignement spécialisé
>> La Loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales
>> le classement des établissements d’enseignement artistique

___________________________________________________________________________

Le DEPS* (sorti le 6 janvier 2012) une nouvelle étude des pratiques culturelles des français sur la période 1973-2008 en compilant les trois dernières études qu’ils avaient réalisées.      Lire la suite →

pour lire l’enquête cliquer ici et  cliquer ici

*Le DEPS : Appartenant au système de la statistique publique national, le DEPS est le service d’études en socio-économie de la culture et le service statistique ministériel (SSM) rattaché à l’Insee du ministère de la Culture et de la Communication. Par délégation de l’Insee, il est donc seul garant du respect des règles statistiques. Créé dans les années 1960 sous le nom de Service Étude et Recherche (SER), il forme le principal service d’études du ministère de la Culture et de la Communication, spécialement chargé des études socio-économiques dans le domaine de la culture. Grâce au développement des statistiques sur la culture, il apporte un éclairage quantitatif et qualitatif à la définition, aux orientations et à l’aide à la décision des politiques culturelles nationales.

 ___________________________________________________________________________
Rapport Didier Lockwood : « Quelles méthodes d’apprentissage et de transmission de la musique aujourd’hui ? »
16-01-2012

La mission de réflexion sur les méthodes d’apprentissage et de transmission de la musique a rendu son rapport au ministre de la Culture et de la Communication le 16 janvier 2012. Cette mission, présidée par Didier Lockwood, était chargée de réfléchir sur la diversification du public des conservatoires, par des approches pédagogiques fondées sur le décloisonnement des esthétiques, la valorisation de l’écoute et le développement des pratiques collectives. À l’occasion de la diffusion de ce rapport, le ministre s’est rendu le 16 janvier en Seine-et-Marne, à Melun, puis à Dammarie-les-Lys pour y visiter le Centre des musiques Didier Lockwood. La FNAPEC qui a été auditionnée par la mission était invitée. Lire la suite →

Le rapport préconise la continuation et le développement des « orchestres à l’école » et a obtenu une circulaire conjointement signée par le Ministère de la culture et le Ministère de l’Éducation nationale au sujet de la pratique orchestrale à l’école.

Rapport Didier Lockwood : cliquer ici 
Discours de Frédéric Mitterrand lors de la remise du rapport : cliquer ici
Circulaire sur la pratique orchestrale à l’école : cliquer ici

___________________________________________________________________________

Charte de l’enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre

La Charte de l’enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre, élaboré par le Ministère de la Culture en 2001 :
>> fixe les principes dans lesquels l’enseignement dispensé aux enfants doit normalement s’inscrire,
>> précise les missions des établissements d’enseignement artistique spécialisés,
>>
redéfinit la nature et l’articulation des responsabilités des différentes collectivités publiques.

Quelques extraits, en toute objectivité :
>> « L’éducation artistique est le premier vecteur de la démocratisation culturelle. Elle permet de former le sens esthétique et de développer la sensibilité et l’éveil à travers le plaisir de l’expérimentation et la connaissance d’œuvres de référence. »
 >> « La formation artistique est reconnue aujourd’hui comme constitutive de l’éducation des enfants et des jeunes. Elle participe à la formation de leur personnalité, développe leur culture personnelle et leur capacité de concentration et de mémoire. Elle prépare ainsi les jeunes à tenir un rôle actif dans un espace de vie en constante mutation en confortant l’intuition de l’échange et la réalité de la pratique collective. »
>> « Cette éducation artistique, de par sa spécificité, ne doit pas être seulement dispensée dans des structures spécialisées qui en auraient l’exclusivité. Elle s’appuie, bien évidemment sur les établissements d’enseignement artistique, mais requiert la participation d’autres acteurs :
  • l’Éducation nationale qui reconnaît de plus en plus l’importance de l’éducation artistique et s’ouvre aux partenariats avec les artistes et les structures culturelles,
  • les structures culturelles et les artistes qui s’engagent dans de nombreuses actions de sensibilisation, d’initiation et de formation des jeunes en complémentarité de leur travail de création et de diffusion,
  • les très nombreuses associations qui offrent aux jeunes la possibilité, à travers des ateliers, des stages ou des cours réguliers, de bénéficier d’activités en rapport avec les arts, les artistes et la culture. »

 >> « Les établissements d’enseignement de droit privé, surtout associatifs, ont largement contribué à l’accueil du public. Ils ont été des lieux d’expérimentation dans certaines disciplines artistiques et ont souvent permis l’instauration de relations avec d’autres publics que ceux des établissements d’enseignement artistique gérés directement par les collectivités locales. »

>> « Les établissements dispensent des enseignements riches et diversifiés, proposant, sur un territoire donné, l’ensemble des expressions artistiques d’aujourd’hui. Les œuvres, les artistes sont au cœur de la vie de ces établissements dont le projet doit prévoir, selon des modalités diverses, la présence régulière d’artistes invités. Une attention et une place constante sont accordées tant à la création contemporaine et aux cultures émergentes, qu’aux patrimoines artistiques, témoignant à la fois de l’histoire, de la vitalité et du renouvellement de chaque discipline. »

>> « L’accès de la population à l’ensemble des formations artistiques d’aujourd’hui, doit être facilité par l’organisation des établissements en réseaux non hiérarchisés de réflexion et de collaboration dans le cadre de schémas intercommunaux, départementaux et régionaux. »
>> « Les collectivités apprécient l’état des besoins de leur population en matière d’enseignement en danse, musique et théâtre, en tenant compte de l’enseignement artistique initial conduit dans l’enseignement général et de la réalité culturelle locale. […] Elles peuvent participer au développement des établissements d’enseignement artistique à statut privé en danse, musique et théâtre, en favorisant l’émergence d’un projet d’établissement sur une aire géographique déterminée, en veillant à la mise en place d’une équipe pédagogique qualifiée et en favorisant, chaque fois que c’est possible, le cheminement vers un établissement à statut public. »

Pour consulter l’intégralité du texte de la charte d’enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre : cliquez ici

_________________________________________________________________________

Rapport Morin-Desailly

Présenté à ses pairs le 9 juillet 2008, le rapport d’information sur la décentralisation des enseignements artistiques de la sénatrice Catherine Morin-Desailly a été rendu public à la mi-juillet.

Le rapport de Catherine Morin-Desailly est paru jeudi 17 juillet 2008. La sénatrice était chargée d’étudier les conséquences des lois de décentralisation de 2004 pour l’enseignement artistique et de trouver des solutions pour sortir du blocage sur la réforme du cycle spécialisé.

Le rapport présente un panorama instructif de l’enseignement artistique et les préconisations formulées sont pour une grande part, proches des attentes de la FNAPEC. Mme Morin-Desailly, qui souhaite vivement que les politiques s’approprient le sujet de l’enseignement artistique, préconise une mise en œuvre de la réforme à la rentrée 2009, au plus tôt. Selon elle, si la Loi de décentralisation doit pouvoir être appliquée en l’état, à quelques ajustements près, le financement doit être partagé entre communes, régions et État.
La FNAPEC reste attentive aux suites données aux propositions. Pour le moment rien ne bouge mais ce document est en lui même une référence sur l’enseignement spécialisé et est souvent cité par les politiques.
Pour lire en intégralité le rapport Morin Dessailly : cliquer ici
Pour lire les conclusions du rapport : cliquez ici
____________________________________________________________________________
L’enseignement artistique spécialisé et les collectivités territoriales qui fait quoi ?

L’article 101 de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales et ses textes d’application ont parachevé cet édifice :

–  en précisant le rôle respectif de l’Etat et des collectivités territoriales responsables de l’enseignement initial :
>> aux communes l’enseignement initial et l’éducation artistiques
>> aux départements l’aménagement équilibré du territoire par la réalisation de schémas de développement de l’enseignement des enseignements artistiques,
>> aux régions l’organisation et le financement du cycle d’enseignement professionnel initial et du diplôme national qui le conclut.
>> L’État, quant à lui, définit la qualification des enseignants et les normes du classement des établissements et veille à leur fonctionnement pédagogique.

en définissant les missions des établissements d’enseignement public de la musique, de la danse et de l’art dramatique, en prenant en compte, à côté des traditionnelles missions d’enseignement initial de la musique, de la danse et de l’art dramatique organisé ou non en cursus :
>>
le développement des liens avec l’Éducation nationale en matière d’éducation artistique et culturelle et avec :
>> la pratique en amateur et
>> la réalisation d’un projet d’établissement et
>> l’inscription du conservatoire dans un réseau d’établissements…

Pour en savoir plus : article 101 de la loi du 13/08/2004 : cliquer ici

____________________________________________________________________________

Classement des établissements d’enseignement artistique

Dans la lignée de la loi citée ci-dessus, l’État a défini par décret le classement et les missions affectées aux établissements reconnus par l’État.

Changement de dénomination
>>
les écoles municipales de musique, de danse et de théâtre agréées (EMMA) deviennent des conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal (CRC/I),
>> les écoles nationales de musiques, de danse et de théâtre (ENM) deviennent des conservatoires à rayonnement départemental (CRD) et
>> les conservatoires nationaux de région (CNR) deviennent des conservatoires à rayonnement régional (CRR).                                 

Pour en savoir plus 
>> Arrêté du 15/12/2006 fixant les critères du classement des établissements d’enseignement artistique : cliquer ici
>> Décret du 13/10/2006 du classement des établissements d’enseignement artistique : cliquer ici 

____________________________________________________________________________

Partager cet article

  • Facebook
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.